The Ranums' Panat Times

 

Home

New!

Orest's pages

Patricia's pages

Sources

Panat

 Contact us 

Marc-Antoine Charpentier masterpage Word-Music Relations masterpage

 

 

Learn more about the Guises

Bons baisers from Champagne

1680: letters from Mlle de Guise, Mme de Montmartre
and M. Du Bois to Dr. Valant in Paris

Source: BnF, ms. fr. 17050

Note: the bold green type offers proof that
 during Lully's and Charpentier's composing years,
 high-ranking people pronounced "oi" as if it were written "ai."
See my Musings on this subject:
"Musique Françoise"; "OI"; and my Factoid on Mme de Montmartre

 

See below, a rectification of March 2011 about Villemareuil

On September 28, 1680, Marie de Lorraine, Duchess of Guise; her younger sister Françoise-Renée de Lorraine, Abbess of Montmartre; and the Duchess's impresario and friend, Philippe Goibaut des Bois, set off for a three-week tournée in Champagne. When circumstances permitted, the trio would send brief messages to Dr. Noël Valant, the beloved physician who simultaneously cared for the nuns of Montmartre, the 70-odd householders at the Hôtel de Guise, and the lofty person of Isabelle d'Orleans (Mme de Guise) whenever she was in residence at the Luxembourg Palace. These individuals are sketched in my Portraits around Marc-Antoine Charpentier, available from Amazon.com.

In the 1680s, what did a tourist write to the people back home? Or rather, what did two Highnesses and a future Immortal of the French Academy write to their good friend?

The silences are instructive. They said nothing about the landscapes through which the Duchess's coaches took them; if they discussed the places they stayed, it was to complain rather than praise; only once did someone mention the weather; and only in passing do they refer to their hosts. The itinerary had been planned in advance and the daily distances had been carefully calculated: an average of 30-40 kilometers per day.

In this epistolary exchange with the good doctor, Valant's priorities doubtlessly shaped what the three travelers wrote. He wanted to know about their health, especially that of the Abbess. In the end, the remedies that Valant dispatched by courier proved superfluous, because Madame de Montmartre's health improved with every additional league that separated her from Paris ­ and from his ministrations. (Valant was famed for the purges he prescribed.) Everyone rejoiced to see the color returning to the Abbess's cheeks, and no one appears to have imagined a connection between her improved health and the fresh air, exercise, and wholesome food she was briefly enjoying.

Experienced administrators, the Abbess and the Duchess express concern in their letters for the people under their supervision who have been left behind: ailing nuns, ailing householders, and the exasperating Grand Duchess of Tuscany who was forever getting into mischief. (As one letter shows, Tuscany's sister, Mme de Guise, was also talented at getting into trouble.) In addition, the Abbess was preoccupied with the creation of a public fountain on Montmartre butte, and the threat posed by a neighbor known for his opposition to the project. She therefore turned the problem over to Dr. Valant, to whose duties was added that of supervising the work crew and healing relations with the neighbor!

The concerns of Monsieur Du Bois were quite different. He did not miss an opportunity to exhort Valant to intervene with Chevreux, the carriage-maker who was renovating the coach that Mlle de Guise had given him some years earlier. In short, like Their Highnesses, for three weeks Du Bois more or less turned Valant into a servant.

There was one thing about which all three travelers were unanimous: their affection for Valant. Indeed, these 15 letters reveal that high-born princesses were not necessarily haughty toward their social inferiors, and that they spoke from the heart about the feelings normally concealed in their heart of hearts.

Especially touching in these letters is how each member of the trio watches over the others, sometimes hiding things from one another, yet always speaking candidly to the good doctor.


The letters have been arranged chronologically. Doubts about the date of a few of them must be chalked up to my initial reliance on Valant, who marked some of the dates and appears to have been inaccurate. Postcards did not yet exist, but I have filled the lacuna with scans of a few slides we took in the 1990s, when redoing Mlle de Guise's tournée. This presentation concludes with a reconstruction of the itinerary and calendar of the trip.


A typical annotation in Dr. Noël Valant's hand, above the original address of folded letter: "Mr Du Bois avec les lettres de S. Alt. Mademoiselle de Guise et S. Alt. Made de Montmartre pendant leurs voyages en octobre 1680." (fol. 337)

On the blank outer side of the folded letter, which served as an envelope, Du Bois addressed one letter as follows:

À Monsieur
Monsieur Valant
chés Mr Du Bois dans
L'hotel de Guise à Paris (fol.338v)


The first stop on the journey was "Fresnes" ­ almost certainly Fresnes-sur-Marne, west of Meaux, where they seem to have spent a weekend. They do not name their host. The domain of Fresnes belonged to Philippe-Julien Mancini, Cardinal Mazarin's nephew.

Letter 1: Monsieur Du Bois to Dr. Valant, September 30, 1680, from Fresnes-sur-Marne (fol. 343)

lundi, à Fresne

Sçavés-vous combien Madame de Montmartre a dormy cette nuit, Monsieur? Depuis neuf heures jusques à minuit, depuis minuit jusques à six, et depuis six jusques à huit. Il faut voir aussy comment elle se porte. S.A. [Mlle de Guise] n'est pas moins bien de son costé, et j'espere que tout ira à souhait. J'auray soin de vous informer de tout, et de m'aquiter dignement de l'employ de votre subdelegué. L'aile de poulet fut convertie, hier au soir, en un[e] aile et un blanc de perdreau, et cela a fait des merveilles.

Dittes, s'il vous plaist, à Chevreux que je ne veux pas plus de cloux dorez sur mon carosse qu'il y en avoit, et qu'il y a de certains mordans sur le memoire de M. de Roannés dont je ne veux point.

Quand vous le verrés, M. De Roannés, M. de Treville et Monsieur de Laisure [?], faittes-les, s'il vous plaist, souvenir de nous.

Adieu, Monsieur, je vous embrasse mille fois. Ayez soin de nous escrire.

Letter 2: Madame de Montmartre (and Mademoiselle de Guise) to Dr. Valant, September 30, 1680, from Fresnes-sur-Marne (fol. 341)

À Fresne le 30 septembre

Je ne serais pas contente, Monsieur, si vous apreniés par un autre que par moy mesme, les progrés de ma santé. Elle se fortifie à veue d'oeil. Le mal de tête dont je me plaignès la nuit ne vient plus que le matin. Le thé l'emporte inimaginablement en tres peu de temps. Il n'y a que les jambes et les cuisses qui se sente[nt] un peu de la maladie, sur tout quand il faut monter et descendre. La faim est tousjours esgalle, et l'estomac du meilleur estat du monde. Après vous avoir dit tant de nouvelles du corps, il est bien juste que je vous en dise de l'estat où l'esprit et le coeur se trouve[nt]. Ils sont fort tranquils, et le dernier est tousjours si plain de recognoissance et d'une veritable amitié pour vous, que je ne sçaurais m'empescher de vous en assurer. Vous sçavés bien que c'est de la meilleure foy du monde.

[Then, in Mademoiselle de Guise's hand, there is a note that begins at the very bottom of the letter and concludes at the top, upside-down]

Vous serrés contente de mes soins, et Dieu les [illegible word] estre meilleure ni les forces [de?] faire plus de progrès. Je suis bien ayse de vous faire voir que vous n'avés pas mal placé vre confiance. Guise


A correction is in order about the next paragraph on Villemareuil: Catharine Taylor of Cambridge, MA, sent me the following message in March 2011.

"I paused over the passage about Villemareuil, as it didn’t square with my understanding.  According to Claude Michaud, Villemareuil and its château were sold November 7, 1643, for 190,000 [livres] (100,000 [livres] in cash) to Françoise de Bonne, daughter of François de Bonne, connétable de Lesdiguières, by Charlotte Garrault, François II de Castille’s wife and Marie-Madeleine de Castille’s very able mother, who took in hand settling the very messy affairs of both François I and François II de Castille, managing to satisfy their creditors, keep the family afloat, and leave her only child in the secular world (Marie-Madeleine was not an only child as has often been written), Marie-Madeleine, a fine fortune.  (I am drawing almost entirely on Claude Michaud’s L’Église et l’argent sous l’ancien régime: Les receveurs généraux du clergé de France aux XVIe et XVIIe siècles (Paris: Fayard, 1991), pp. 423 ff., which details the various transactions and Charlotte Garrault’s financial gymnastics.  I have examined most of the documents he cites.)

Marie-Madeleine was to prove equally talented in holding onto that fortune (her own, that is) when Fouquet was arrested and condemned. 

I know this is the sort of thing you would want sorted." 

I am grateful for this rectification about the visit to Villemareuil, even though it  increases the mystery of why Mlle de Guise's stopped there. I have not come across any allusion to social contacts between Mlle de Guise and the Bonne de Lesdiguières family.

The next stop was Villemareuil, a property of the Jeannin de Castille family. The chateau was a wreck, and the explanation probably lies in the fact that it belonged to Marie-Madeleine de Castille-Villemareuil, the wife of Nicolas Foucquet. Overwhelmed by problems involving her husband's finances and long imprisonment, Mme Foucquet perhaps had left Villemareuil in the care of a few domestics and did not realize just how much they were taking advantage of her. We know that Mlle de Guise was in contact with Mme Foucquet during the 1680s, because at the time of her death in 1688, she was taking care of Mme Foucquet's orange trees. Actually, the travelers lodged in two different places. Their Highnesses and the nuns who were traveling with them slept at Villemareuil, and the occupants of the other coach ­ the members of Mlle de Guise's Musique and Du Bois, their director ­ slept a few kilometers away, doubtlessly in rather primitive lodgings made available by the Benedictine monks at the priory of Saint-Fiacre.

(We were not sure that this is the masure where Their Highnesses stayed, or a later structure; but we took the picture as a souvenir.)

Letter 3: Madame de Montmartre to Dr. Valant, October 2, 1680, from Villemareuil (fol. 399)

à Villemareuil, 2e octobre

Le voyage ce [read: se] continue de plus en plus heureusement pour moy. Je peus vous asurer, Monsieur, que je suis en tres bonne santé. Je dors esgallement bien toutes les nuits. J'ay tousjours un tres grand apetit que je menage pourtant, selon vos intentions. L'estomac est au meilleur estat que je l'ay jamais eu, et je ne sens plus rien du tout de la maladie qu'un peu de fesblesse [read: faiblesse] aus jambes qui diminue tous les jours. Je vous conjure que Mr Fonteine sçache tous ces progrés et que je me souviens bien de luy et de tous ses soins. Je vous envoye une lettre que je receue hier de Me la grande Duchesse, et celle qu'elle m'escrit. Vous verrés combien celle que vous luy avez escrite luy a fait de plaisir, et André est en pauvre estat. Vous m'entendés bien. Je ne sçay pas ce qu'on eut fait sans ma seur Charlotte, cecy pour vous ceul [read: seul], s'il vous plait, le reste est à souhait. Ma seur se porte tres bien, Dieu mercy, il ne se peut rien ajouter à ses soins. Nous sommes dans un lieu où ils ont esté bien necessaire, car tout y menque, et à peine y a tout le couvert. Nous allons à la messe à St Fiacre hier, à la Ferté sous Jouarres, et coucher chés La Tour à Montiers, où si je puis, je vous menderay encore de nos nouvelles. Je le fais avec plaisir, car je n'ay [read: j'en ay] tousjours beaucoup de vous donner des marques de mon souvenir et de mon amitié. TSVP

Si vous entendiés dire de [read: que?] Me la grande Duchesse songeat à nous venir, je vous conjure de ne rien oublier pour l'empescher.

Je vous [illegible] toujours le pauvre Marchant.

M. du Bois n'est point dans nre carosse. Il se porte fort bien.

Letter 4: Monsieur Du Bois to Dr. Valant, October 2, 1680, from Saint-Fiacre near Villemareuil (fol. 361)

à St Fiacre, 2 octobre

Nous arrivasmes hier au soir à Villemareuil, qui est une masure où il n'y a ni portes ny fenestres. Leurs Altesses furent bien etonnées de s'y voir. On fit neantmoins le mieux qu'on ai[t] peut pour les bien mettre. Je ne sçay encore comment elles s'en trouvent ce matin pour [read: parce que] nous n'avons couché icy, qui est un lieu à un quart de lieue du chateau le plus miserable du monde, et j'y ay passé une tres mechante nuit. Adieu, Monsieur, recommendés, s'il vous plaist, à Chevreux d'avoir soin de tous et de necesire [read: nécessaire?], et faittes, s'il vous plaist, nos compliments à M. de Roquette [Christophe Roquette, Mlle de Guise's intendant]; et à M. Damades [Roquette's son], dont j'ay receu touttes les lettres.


After a brief detour to the Abbey of Notre-Dame de Jouarre, to greet their cousin the Abbesse (Henriette de Lorraine, daughter of the Duke of Chevreuse), the coaches turned northward, toward Mlle de Guise's chateau of Marchais. Their first stop was Monthiers, situated in or near the Belleau Woods, some ten kilometers west of Château-Thierry. There they were hosted by someone named La Tour.

(The early-October landscape must have resembled this photo, taken near Villemareuil in mid-September.)

Letter 5: Monsieur Du Bois to Dr. Valant, October 3, 1680, from Monthiers (fol. 368)

à Monstiers 3 octobre

Monstiers a racommodé le desordre de St Fiacre, et apres beaucoup de peine et de fatigue dans le chemin d'hier, qui fut fort long et fort mauvais, en sorte que nous n'arrivisames qu'à dix heures du soir. La nuit a eté bonne et a tout racommodé. Leurs Altesses ont tres bien dormy, et Madame de Montmartre entre autres, ce qui l'estone point [read: n'étonne point]. Les forces et la bonne couleur reviennent à veue d'oeil. Elle est à peu près comme ces fleurs desechées par le soleil que l'on voit revenir à mesure qu'on les arrose.

Nous sejournerons icy aujourd'huy, demain nous coucherons à Fimes [Fismes], et samedy à Marchais. Vous serés averti de tout, car le 1e soin de Madame de Montmartre tous les matins est de vous faire des relations de tout ce qui se passe. Vous en aurés d'elle mesme par cet ordinaire.

Dittes, je vous supplie, à Chevreux qu'il ait soin de faire depecher mon carosse et qu'il ait l'oeil sur l'ouvrage affin que tout soit bon et fait à profit, et que quand il s'agira d'achetter les cuirs et le clou doré, il prenne garde d'avoir du meilleur et de n'etre pas trompé.

A Dieu, Monsieur, je suis tout à vous, comme vous sçavés. Mes complimens à nos amis.

Letter 6: Monsieur Du Bois to Dr. Valant, October 3, 1680, from Monthiers (fols. 370-71)

jeudy 3 octobre à Montiers

C'est pour la 2e fois aujourd'huy que je vous ecris, Monsieur, parce que depuis ma lettre de ce matin, j'ay receu un paquet de vous par le Savoyard. J'ay distribué toutes vos lettres, et Leurs Altesses me les ont leues come quelque chose de rare, aussy sont elle plaisées de choses qu'on ne croyoit pas que vous sceussiés dire. Elles n'en sont que mieux receues et n'en font que mieux leur effect, et je n'ay [read: sçay?] par là que rien n'est si bon que de ne pas mettre à tous les jours. J'ecriray ce que vous souhaittés au 1er moment de loisir, car tant qu'on est en marche il n'y a pas moyen de rien faire.

Une excellente marque de la santé de Madame de Montmartre est que la journée d'hier, qui fut la plus rude du monde, bien loin de l'avoir fatiguée n'ait fait que la rejouir et la fortifier; car elle est encore visiblement mieux qu'elle n'etoit hier, et tout ce mieux fait vos affaires et ne luy paroist que comme des suittes de ce qu'elle croit devoir à ces soins.

Je me haste de finir et je serés un peu à baston rompu par cette raison.

Dittes, s'il vous plaist, à Mr Damades que je seray tres aise qu'il continue à m'adreser ses pacquets. Je luy ecriray demain.

Madame de Montmartre m'ordonne d'ajoutter qu'elle vous ecrira aussy demain, qu'elle est fort touchée de ce que vous faittes pour Montmartre, qu'elle vous prie de continuer et acceptés des malades, et pour les fontaines.

À Dieu, Monsieur, je vous embrasse de tout mon coeur. Je suis un peu ebranlé du voyage, et j'arrivay hier au soir n'en pouvant plus, mais la nuit a eté bonne et m'a un peu retabli.

S.A. Mademoiselle [de Guise] me charge de vous faire ses recommendations.

Il faut mettre sur vos lettres À S.A. Duchesse de Guise, et non pas La Duchesse.


From Monthiers they journeyed to Fismes, where they spent the night. We know nothing about their visit there, because everyone was too tired to write Valant. They reached Marchais late on Saturday, October 5. Although Du Bois alludes to the "disorder" they found there, it probably was a financial and administrative disorder, rather than a material one as at Villemareuil. They spent an entire week at Marchais, frequently attending devotions at Notre-Dame de Liesse. "Marchais," asserts a volume on Liesse published in 1632, "n'est pas tant un heritage de la maison de Guise, qu'une marque de sa devotion." Each year thousands of pilgrims visited Liesse, whose interior the Lorraines and the royal family had embellished. During the sojourn at Marchais, the Guise Music performed at Liesse. Madame de Montmartre, who had been raised at the convent of Saint-Pierre in Reims, paid a visit to that city for three days, October 8-10.

(Marchais is currently the property of the Grimaldis of Monaco, who surrounded it with barbed-wire barriers. As for Liesse, some pre-digital photos, taken without flash, suggest the glory of the renaissance embellishments.)

Marchais:

Liesse: I was especially interested in the jubé because the Guise musicians may have sung from it?

Letter 7: Monsieur Du Bois to Dr. Valant, October 6, 1680, from Marchais

à Marchais 6 8bre

Nous arrivasmes icy hier au soir où nous trouvasmes touttes choses dans un grand desordre. Dieu veuille que nous nous en vinsmes bien.

Madame de Montmartre se porte tousjours de mieux en mieux et ses jambes se fortifient, elle a neantmoins tousjours un reste de devoyement qui la fait seuer une ou deux fois la nuit, matieres glaireuses et peu de bile. Ce n'est pas que son regime ne soit fort exact, car elle ne mange à disner qu'une cuisse de poulet bouilly et une aile et un blanc de perdrix, cela demanderoit peut estre quelque petit remede qui sera ce que vous ordonnerés, pourveu que ce soit quelque chose qu'on puisse prendre sans qu'il y paroisse, et par là vous voyés bien que le sirop de chicorée composé est exclus.

Quand vous repondés là dessus il faut, s'il vous plaist, que ce soit à moy, car c'est moy seul qui vous eus écris, pour les raisons que vous pouvés bien juger. Madame ira mardy à Reims. Elle y sejournera mercredy et sera de retour icy jeudy. Je croyois y aller avec elle, mais les choses ne s'y sont pas trouvés disposées.

Je vous supplie de dire à Chevreu qu'il serre soigneusement tout ce qu'on ostera de vieux de mon carosse, et qu'il en tienne un memoire, aussy bien que de toutte la ferrure qui pourra reservir, et de ce qu'il en fautdra refaire de neufve.

Adieu, Monsieur, j'ay prié Dieu pour vous ce matin à Nre Dame de Liesse. Je vous embrasse mille fois.

Letter 8: Madame de Montmartre to Dr. Valant, almost certainly October 6, 1680, from Marchais (fol. 357)

8e [read: 6?] octobre à Marchais

Je vous remercie de tout mon coeur du soin de [sic] vous prenés de me mender des nouvelles de nres malades. Je serais bien en peine de ma ceur [read: soeur] Catherine de Jesus si vous ne me faisiés esperer de la tirer d'affaires. Je sçay par experience combine Dieu benit vos soins et vos remedes: ainsi je suis en repos de tout ce qui est entre vos mains, et je sçay qu'il [est] inutille de vous le recommender, vostre charité et vre amitié pour moy ne vous faisant rien nesgliger. Je suis tousjours tres bien, graces à Dieu. Il ne ce [read: se] peut rien adjouter aux soins que ma seur prend de moy. Ils ont tout le succés possible, et de mon costé je pousse la discretion si loin pour le menger que vous seriés fort content si vous en etiés tesmoin. Comme nous sommes auprès de Guise et que il en doit venir de tres bons petits fromages, je vous demendés premierement un petit morceau. Ma seur sera bien [heureuse] d'en profiter. Moi, ce sera avec sagesse. Je pars mardi prochain pour aller à Reims et revenir jeudy. Vos aurés de mes nouvelles de ce lieu-là. On concerte à l'heure qu'il est un motet pour chanter devant la Vierge au salut. Je ne say [read: sais] plus ce que je fais, tant je suis pressée de donner mes lettres.

Letter 9: Monsieur Du Bois to Dr. Valant, October 8, 1680, from Marchais (fol. 351)

Marchais, 8 8re

Vous verrés, Monsieur, par la reponse que Son Altesse [Mlle de Guise] vous fait, que je luy ay rendu votre lettre où elle auroit souhaitté un peu plus d'eclaircissement sur les nouvelles que vous luy mandés. Je garde les autres à Madame de Montmartre, qui est partie ce matin pour Reims, d'où elle sera de retour jeudy. Nous partirons d'ici dimanche. Je vous remercie tres humblement de tous vos soins, que je vous supplie de continuer envers Chevreux, affain qu'il fasse depescher les choses et que je les trouve prestes au retour. J'ai reçu le billet qu'il m'a ecrit et qui etoit dans vtre pacquet.

Letter 10: Mademoiselle de Guise to Dr. Valant, October 8, 1680, from Marchais (fol. 353)

à Marchais ce 8e d'octobre

Ma seur a eu tant de soin de vous informer de tout ce que vous vouliés aprendre, qu'il ne me restoit rien à vous mander, aynsi je ne vous ay point dit moy mesme que sa santé se confirme touts les jours, qu'il n'i a plus de reste des incommodités qu'elle a eues, et mesme l'on ne s'apersoit de sa maladie en la voyant; qu'au regime qu'elle garde, et à quoy j'ay tenu ferme jusques à de vous dire qu'elle m'a quittée pour aller faire un petit voyage, dont elle reviendra jeudi. Elle m'a tout promis de ne se relascher en rien de se [read: ce] que vous luy avés prescrit, et j'ay pris toutes les precautions qu'il m'estoit possible pour m'en assurer. Pour moy, je suis au mesme estat que lors que je suis partie, et j'espere achever aussi heureusement notre voyage, qui se terminera, selon que je le puis prevoir, le jour qui finira les trois semaines complettes. Je n'ay [read: J'en ay] impatience, car le temps comence à estre mauvais. Se [read: Ce] n'est pas que nous en soyons incomodés, car l'on a pris tant de precautions pour cela que nous somes pour toutes choses comme nous serions dans l'hostel de Guise. [crossed-out words] en notre domestique qui me paroise avoir augmentation. J'ay regret au pauvre Brigand, parce que je ne puis perdre auqun de ceux qui m'ont servie sans que je les pleigne; mais je n'ay pas de doute qu'il n'y receu de vos soins touts les secours que l'on peut donner, et c'est dont je vous dois et vous veux faire touts les remerciments possibles, comme d'une chose qui me touche veritablement. L'on est bien heureuse et bien en repos quant [read: quand] l'on sçait que vous voués les malades et vous sougnés [read: soignez] non seulement au cors mais vos soins s'etendent à ce qui est le principal. J'attendray avec inpatience de sçavoir si celles de ma Sr

Anne Marie n'a point eu de suite: son corps est foible et trop usé pour soutenir une fievre reglée sans que l'on est [read: ait] sujet de crindre pour elle. Je vous prie de luy tesmoigner, et à la Mere Prieure, qu'on ne sçauroit estre plus sensible que je la suis aux marques d'amitié qu'elles me donnent. J'en demande la continuation, et par l'amabilité [written over] avec laquelle je les reçois, j'ouserai [read: j'oserai?] dire que je merite qu'elles me fassent cette grace. Je ne sçay de [written over] ce que l'on a faict pour Rostagne, si l'on c'est [read: s'est] mespris, ou si l'on se moque de luy. Le premier seroit bien terrible, mais tousjours je croi que Made de Guise est chargée d'avoir donné lieu de croire qu'elle l'a veue, et qu'elle luy permet de prendre la calité qu'on luy donne. Je ne sçaurés m'empecher de vous dire que la musique me distrait d'une telle maniere que je ne sçai se [read: ce] que j'écris. Mr du Bois c'est [read: s'est] mis dans la teste de me rejouir parce que j'ay bien eu des affaires tout le jour. Il y reusit d'une telle maniere si bien que je ne puis casi [read: quasi] songer qu'à ce que j'entends, et cela me fait faire tant de fautes dans ma lettre que je ne sçai si vous la pouvés lire. Je faits cesser pour vous dire seulement que l'on ne peut estre plus touchée que je la suis de touts les soins que vous avés de nous informer de mes nouvelles et des sentiments que vous avés pour moy, et que j'en faits tant de cas que je ne sçaurois asses vous le dire, et à quel point je vous ayme et vous estime. Guise

[on the verso:] Je m'aperçois en lisant ma lettre que j'ay escrit sur se [read: ce] que j'ay rayé, et il ne me paroit pas possible de la lire. J'ayme mieux pourtant vous envoyer ma lettre que de ne vous point escrire du tout. Je n'aurés pas le loisir de faire une autre. Il faut presentement faire partir celuy qui la porte.

Letter 11: Monsieur Du Bois to Dr. Valant, October 11, 1680, from Marchais (fol. 366)

11 octobre 1680

Madame de Montmartre arriva hier de Reins dans la meilleure santé du monde et en montant le degré elle voloit plus fort qu'elle ne marchoit. On luy a fait en ce pays les der[niers] honneurs tout extraordinaries, et elle n'en a pas moins receu de M. l'archevesque que des religieuses de St Pierre. Je luy fis voir vre lettre en arrivant, et les remedes que vous me prescriviés, dont nous n'aurons plus de besoin parce que la petite indisposition est cassée. Ma seur Angelique a eté fort touché[e] de vre souvenir et m'a fort chargé de vous en remercier. Nous partirons dimanche ou lundi pour le plus tard.

Adieu, Monsieur, je suis tout à vous. Mademoiselle ne se porte pas moins bien que Madame sa seur.

Letter 12: Mademoiselle de Guise to Dr. Vallant, October 11, 1680, from Marchais (fol. 372)

vendredi 11e octobre

Je ne sçai si ma seur vous poura mander elle mesme de ces [read: ses] nouvelles. Je veux vous en dire, de peur que vous n'en fusiés en peine. Elle m'assura hier en arrivant qu'elle se trouvoit encore fortifié[e]. Cela me parut en luy voyant monter les degrés avec une grande liberté. Elle m'assure fort, se [read: ce] qui me fut confirmé par tout se qui [written over] qu'elle avoit gardé son mesme regime sans s'en estre relaschée en rien, cependant elle me paroit plus fatiguée que quant elle est partie pour Reims. Elle se reposera demain, et dimanche apres disné nous irons coucher à Laon. Il n'y a que trois lieue d'ici, pour continuer nre voyage et arriver vendredi à Paris, ou samedi au plus tard. Je remets à se [read: ce] moment à vous remercier de touts les soins que vous avés de nous et à vous temoigner combien j'en suis touchée, et la reconnessance [read: reconnaissance] que j'en ay.

Guise

Tout notre couvent se conduira à Paris heureusement, s'il plaist à Dieu. Je l'ay remercié plusieurs fois de la prevoyance que vous avés eue de nous faire mener ma seur Charlotte, elle nous a esté d'un secours infini pour ma seur de St André. La musique faict des merveilles et Mr du Bois en est ci content, et il en est si ocoupé, qu'il ne c'est [read: s'est] pas plaint jusques icy d'aucune incommodité. Je crois qu'il n'en sentiroit pas de grandes, tant il a de plaisir à faire chanter la plus grande partie du temps que nous passons sans estre à Liesse.

Letter 13: Madame de Montmartre to Dr. Valant, October 12, 1680s, from Marchais (fol. 349)

12e octobre

J'arrivay de Reims jeudi au soir, un peu fatiguée, mais le repos que j'us [read: j'eus] tout hier, et deux bonne[s] nuit[s], m'ont remise et je suis presentement fort bien, graces à Dieu. Mon voyage c'est [read: s'est] passé tres heureusement et j'ay laissé tout en paix. Je vous en diray bientost le detail, car nous serons à Paris le 18, plaist à Dieu. Je vous avoue, Monsieur, que j'en ay une extreme impassience, et que je meurs d'envie de me revoir à Montmartre. J'ay bien de la joye que tout y soit calme et que l'on trouve tant d'eau sur notre montagne. Je vous rends mille graces de la peine que vous avés prise d'y mener Me Lange [?]. Voilà la seconde fois que Mr Garet [?] fait des diligence[s] pour tarrir la bonne fonteine. Quoy que ce soit peu de choses, j'ay tousjours ouy dire qu'il ne falait pas oster ce secours aux habitans, parce qu'ils n'ont que cette eau propre à cuire les pois de Caresme. Ainsy il faut empescher qu'on les en prive. J'estais bien en peine de sçavoir si ma seur de Ste Gertrude avet [read: avait] fini ses voyages. Pour le beuf [read: boeuf] la Mere Prieure de Montmartre me menda hier que cela estet [read: était] fait, et qu'elle croit en avoir bien du soulagement. J'avais des raisons particulieres de desirer que ce remede ne continue pas plus longtems, et tous ceux que les religieuses cherchent hors de leur cloistre ne leur convient scaviement [sic] guere. Je ne dois pas prendre cet evangile de quelques femme[s], car je suis precentement de mauvais exemple sur ce sujet; mais cela n'empeschera pas que je ne n'y oppose plus fortement que jamais dans tous [sic] les occasions qui s'en presenteront. Je vous dis librement mes sentimens là dessus, car je sçay que vous les approvés. J'ay bien de la joye du meilleur estat de ma seur de l'Enfant Jesus: j'espere qu'elle se remettra par vos soins, et que les autres retrouveront une bonne santé. Il me semble que le remede anglois [the quinine an English doctor was giving to the ailing Dauphin] auret [read: aurait] esté bien mieux entre les mains de quelque bon medecin que de le donner au publique, comme on a fait. Je connoissais fort Madame Calende, et elle estet [read: était] d'un temperament admirable et du plus fort qu'il y ait. Ma seur me dit hier qu'elle vous avet [read: avait] escrit deux fois pour vous mender de mes nouvelles. Je peux vous accurer [read: assurer] qu'elle est tres mal informée. Mr du Bois et St Eugene en sçavent d'avantage, car je leur fais entiere confiance sur ma santé. le premier vous en rend un comte [read: conte] exacte. Je suis mieux de ce qu'il vous a mendé, ainsi je n'ay rien pris à par[t]. Je vous reciterés toute[s] choses au retour. Nous partirons dimanche pour aller coucher à Laon, lundi à Soissons où nous sejournerons mardi, mercredi à Vilers Coterets. Monsieur [Louis XIV's brother] a donné des ordres pour nous faire loger dans le chasteau. Jeudi à Danmartin chés Mr le duc de Gesvres, qui y a une tres belle maison, et vendredi à l'hostel de Guise où j'espere que nous vous trouverons, dont j'ay par avance une joye sensible. Adressées [sic] tousjours vos lettres à Mr du Bois. Marchant m'a rendu compte de tout. Je suis bien aise que ma seur du St Sacrement a mis pied à terre.


On Sunday, October 13, the coaches set off northward, to Laon, where they doubtlessly were received at a convent. The next day they reached the Abbey of Notre-Dame at Soissons, where a succession of Lorraine women had served as abbesses. At this point, the letters peter out, partly because the travelers were busy, but partly because they would soon be back in Paris. On Wednesday morning they said farewell to their friends at Notre-Dame and headed back to Paris, stopping first at Villers-Cotterets, where Louis XIV's brother had made rooms available to them; then to Dammartin-en-Goele, where they were received by the Duke of Gesvres; and finally, the Hôtel de Guise and a good long chat with Dr. Valant.

 

(The likenesses of two of the abbesses of Notre-Dame have been preserved in the cathedral. of Soissons. Mme de Montmartre's garments must have been equally elegant!)

Letter 14: Madame de Montmartre to Dr. Valant, almost certainly written on October 16, 1680, from Soissons (fol. 345).

Soissons, ce 10e [read: 16?] octobre 1680

Je vous donne avec plaisir, Monsieur, la bonne nouvelle que nous serons à Paris vendredi de très bonne heure. J'espere que nous vous trouverons à l'hostel de Guise, et que Madame de Guise n'estant pas à Paris, vous pourrés y coucher. Je m'en rejouis par avance, affin qu'on est [read: ait] le tems de vous entretenir. Vous n'aurés des veritables nouvelles de ma santé pour aujourd'huy, je ne vous en diray rien de particulier. Je laisse à Mr du Bois à vous faire une relation de la maniere dont nous avons esté recue[s] icy et de ce qui s'y est passé de singulier. Si Madame de Ntre Dame avet [read: avait] voulu nous laisser aller hier, nous vous aurions veu un jour plus tost, mais il a esté impossible de l'obtenir d'elle. Madame d'Armagnac revient avec nous à Paris. On m'a mandé que Madame la grande Duchesse devait arriver hier à Montmartre, je suis bien mortifiée qu'elle y soit sans moy, et que je me trouve contrainte de demeurer encore quelques jours à Paris pour les affaires que vous sçavés, qui me presse[nt]. Selon mon inclination j'yrais [read: j'irais] volontiers descendre à Montmartre. Je cens [read: sens] une vraye impassience d'i estre, et j'ay bien de la joye du bon estat où vous me mendés que tout y est. Celle que j'ay eu d'aprendre le [illegible] du travail de l'aqueduc a esté bien troublée par le malheur du pauvre Massé. Je ne naurais [read: saurais] m'imaginer qu'il reviene d'un pareil accident. C'est une vraye perte pour nous, et j'ay peine à me consoler [de ce] qui luy soit arrivé en travaillant pour moy. Je vous le recomende de tout mon coeur. Je suis persuadée que Marchant en aura bien soin: il ne me sçaurait faire plus de plaisir. J'ay mendé à Montmartre qu'on eut grand soin que rien ne luy manquat. Pour le miracle de ma seur Catherine de Jesus, l'ineredutire [?] de la Mere de Ste Luce [?] m'a resjouie. Je m'en tiens à ce qu'elle a dit et à ce que vous en crayés [read: croyez]

Letter 15: Monsieur Du Bois to Dr. Valant, October 15, 1680, from Soissons (fol. 365)

Mercredy à Soissons, 15 octobre

Nous partons aujourd'huy d'icy pour aller coucher à Villers Cotterets, le lendemain à Danmartin et vendredy à disner à Paris. Leurs A.A. se portent fort bien, hors un peu de rheumatisme au dos que s'ent quelques fois Madame de Montmartre. A Dieu, Monsieur, je suis tout à vous. Que Chevreux fasse en sorte que je trouve touttes choses en bon etat. Mes compliments à M. Damades.


Itinerary and calendar:
Saturday, Sept. 28, or Sunday, Sept. 29: leave Paris for Fresnes-sur-Marne
Monday, Sept. 30, and Tuesday, Oct. 1: at Fresnes-sur-Marne
Wednesday, Oct. 2: sleep at Villemareuil and Saint-Fiacre
Thursday, Oct. 3: via Jouarre to Monthiers, to sleep chez La Tour
Friday, Oct. 4: sleep at Fismes
Saturday, Oct. 5 through Saturday, Oct. 12: at Mlle de Guise's house, Marchais, and at Liesse
Sunday, Oct. 13: depart from Marchais to sleep at Laon
Monday, Oct. 14 and Tuesday, Oct. 15: at the Abbey of Notre-Dame at Soissons
Wednesday, Oct. 16: sleep at Villers-Cotterets, chez Philippe d'Orléans
Thursday, Oct. 17: sleep at Dammartin-en-Goele, chez Gesvres
Friday, Oct. 18: return to Paris for noontime meal

Other letters from women:
Lettres de femmes, textes in
édits et oubliés du XVIe au XVIIIe siècle, ed. Elizabeth C. Goldsmith and Colette H. Winn (Paris: Champion, 2005)
    and
L'estime et la tendresse (letters and billets exchanged by Mme de Maintenon, Mme de Caylus and Mme de Dangeau), ed. Pierre-E. Leroy and Maracel Loyau  (Paris: Albin Michel, 1998)